14210 articles - 12260 brèves

Lettre 156 Prison de Turi, 31 octobre 1932

Mise en ligne : 1 May 2005

Texte de l'article :

 Prison de Turi, 31 octobre 1932

Très chère Tania,

Ces jours-ci il court des bruits, parfois extravagants, sur de prochaines mesures gouvernementales de remises de peines et d’amnistie pour les condamnés. Il y en a qui disent nettement que pour ceux qui ont été condamnés pour des faits antérieurs à la création du Tribunal spécial l’amnistie serait entière, si bien que je pourrais me trouver libre (ou déporté sur les confins) dans quelques semaines. Mais s’il faut te dire la vérité, ces nouvelles me laissent plutôt sceptique et indifférent. Il y aurait à écrire un chapitre très intéressant sur la façon dont les nouvelles sont déformées en prison à travers le filtre des désirs personnels. Dans le cas d’aujourd’hui, je crois qu’il y a quelque chose de vrai, c’est-à-dire qu’une mesure de remise de peine soit politiquement justifiée et utile au gouvernement, mais quant à la mesure elle-même, j’ai des doutes. Il est vrai que lorsque cette lettre te parviendra, les choses seront peut-être déjà décidées et publiées, mais je veux t’écrire pour que tu ne te fasses pas toi-même trop d’illusions ; j’ai observé que ce sont les familles qui montent la tête aux prisonniers en leur faisant croire qu’elles ont des sources d’information ultra-sûres et authentiques à cent pour cent ; je dois te remercier de ne pas avoir participé à cette frénésie.

Je t’embrasse.

ANTOINE