14210 articles - 12260 brèves

Lettre 180, 25 janvier 1936

Mise en ligne : 29 June 2005

Texte de l'article :

25 janvier 1936.

Très cher Julik,

Je te fais tous mes souhaits pour le déroulement de ton année scolaire. Je serais très content si tu m’expliquais en quoi consistent les difficultés que tu rencontres dans tes études. Il me semble que si, toi-même, tu reconnais rencontrer des difficultés, celles-ci ne doivent pas être très grandes et tu pourras les surmonter par l’étude : cela ne te suffit-il pas ? Peut-être es-tu un peu désordonné, distrait, ta mémoire ne fonctionne-t-elle pas ou ne sais-tu pas la faire fonctionner ? Dors-tu bien ? Lorsque tu joues penses-tu à ce que tu as étudié ou lorsque tu étudies penses-tu au jeu ? A présent tu es un enfant déjà formé et tu dois pouvoir répondre à mes questions avec exactitude. A ton âge. J’étais très désordonné, pendant de nombreuses heures je vagabondais dans les champs, pourtant j’étudiais aussi fort bien parce que j’avais une mémoire fort bonne et prompte et rien ne m’échappait de ce qui faisait besoin pour l’école. Pour te dire toute la vérité, je dois ajouter que j’étais quelque peu malin et que je savais m’en tirer même en ayant peu étudié. Mais le système scolaire que j’ai connu était fort arriéré ; de plus, la presque totalité de mes condisciples ne savait parler l’italien que très mal et avec effort et cela me mettait dans des conditions de supériorité : la maître devait tenir compte de la valeur moyenne des élèves et savoir parler correctement l’italien était déjà une circonstance qui facilitait beaucoup de choses (l’école était dans un centre rural et la grande majorité des élèves était d’origine paysanne). Très cher enfant, je suis sûr que tu m’écriras régulièrement et que tu me tiendras au courant de ta vie. Je t’embrasse.

ANTOINE.