14210 articles - 12260 brèves

Lettre 203

Mise en ligne : 26 May 2005

Texte de l'article :

 

Cher Julien,

Tu n’as lu qu’une demi-nouvelle de Wells et tu voudrais déjà juger toute l’œuvre de cet écrivain, qui a écrit des dizaines et des dizaines de romans, des recueils de nouvelles, des essais historiques, etc. ? Cela me semble un « peu exagéré ». Et quelle nouvelle as-tu donc lue ? La plus belle ou la moins bonne ou celle qui représente la moyenne des possibilités de l’auteur ? Le plus grand écrivain de la Grèce antique fut Homère et l’écrivain latin Horace a écrit que même Homère, quelquefois, « somnole ». Il est bien certain que Wells comparé à Homère somnole au moins trois cent soixante jours de l’année, mais il se pourrait que dans les cinq ou six jours qui restent (lorsque l’année est bissextile) il soit vraiment réveillé et qu’il ait écrit quelque chose d’agréable qui résiste à la critique. Toi aussi, souvent, tu n’es pas très ordonné : ta lettre est écrire à la va vite, avec de nombreux mots inachevés ; et pourtant je crois que tu peux écrire beaucoup mieux, avec plus d’ordre, avec plus d’attention. C’est pourquoi je ne te jugerai pas sur cette lettre et je ne dirai pas : « mais regardez donc quel petit âne que mon fils ! » Cher Julik, ne m’en veux pas et écris et tu renforceras tes jugements. Je regrette de ne pouvoir discuter avec toi de vive voix ; ne crois pas que je sois très pédant. J’aimerais rire et plaisanter avec toi et avec Delio et parler de beaucoup de choses qui m’intéressaient beaucoup, moi aussi, quand j’étais enfant. Je t’embrasse tendrement.