14249 articles - 12260 brèves

Établissements liés :

  • Témoignage

Parloirs pour les arrivants

Mise en ligne : 24 November 2003

Dernière modification : 2 December 2004

Texte de l'article :

à Monsieur le directeur
Centre de détention d’Uzerche
Route d’Eyburie
19140 UZERCHE

Objet : Lettre d’information à l’attention du Directeur du CD d’Uzerche
Copie : Direction régionale de l’administration pénitentiaire de Bordeaux

Montpellier, le 08 Novembre 2003

Monsieur le Directeur,

Je vous transmets ce courrier pour vous faire part de la situation concernant le détenu Youssef récemment transféré de la maison d’arrêt de Villeneuve lès Maguelone(23/10/2003) au centre de détention d’Uzerche.

En effet en tant que concubine et mère de l’enfant du détenu Youssef je sollicite toute votre attention.
Pour commencer je tiens à vous faire part de mon incompréhension et de mon mécontentement quant à l’accueil téléphonique que j’ai reçu, et aux renseignements fournis changeants d’une semaine à l’autre ; puisque en effet dès le transfert du détenu Youssef j’ai tenté d’entrer en contact avec votre centre de détention afin de prendre connaissance des modalités réglementaires auxquelles il était soumis.

Tout d’abord j’ai eu énormément de difficultés à joindre le centre de détention et me doutant que je n’étais sûrement pas la seule famille essayant d’entrer en contact avec le centre de détention j’ai persévéré par des appels quotidiens au service de réservation de parloir sans obtenir d’interlocuteur puis j’ai décidé d’appeler directement l’accueil téléphonique du centre de détention d’Uzerche jusqu’à ce qu’on finisse par me répondre.

Ensuite on m’a fait savoir que les réservations de parloirs se faisaient uniquement le lundi, mardi et mercredi et que le détenu arrivant n’est pas soumis aux mêmes règles que les autres détenus donc qu’il ne peut bénéficier des parloirs le week end du 25 et 26 octobre puisque il est arrivé jeudi 23 octobre par contre on a omis de me dire que les mardis étaient des jours de parloirs réservés aux arrivants ;

J’ai donc à nouveau essayé de joindre le service des parloirs les jours ouvrables du lundi 27 au mercredi 29 octobre, intensément puisque mon appareil était en rappel automatique mais je n’ai pas réussi à obtenir le service des parloirs pour prendre rendez vous pour le week end suivant.
 Suite à la non réponse du service des parloirs j’ai contacter l’accueil qui m’a signifié qu’ils existaient des possibilités de rendez vous sans prise de rendez vous le week end et que les membres du personnels étaient conscients des défaillances du nouveau système de prise de rendez vous (borne informatique) et qu’ils faisaient preuve de compréhension envers les familles qui n’avaient pas de rendez vous et qui effectuaient une longue distance ; suite à quoi je me suis décidée à me rendre à Uzerche pour le week end du 01 et 02 Novembre pour enfin, pouvoir rendre visite au détenu ;

Pour m’assurer des propos qui m’avait été donné ,avant de prendre le chemin d’Uzerche j’ai contacté à nouveau le centre de détention le vendredi 31 octobre pour faire savoir que la famille du détenu Youssef comptait lui rendre visite ce week end et m’assurer que les permis de visite étaient toujours valables ; fort heureusement on m’a fait savoir qu’il m’était impossible de rendre visite à ce détenu le 01 et 02 novembre puisque les permis de visite ne seraient signés que le mardi 04 novembre et qu’il me fallait donc les recontacter mardi pour m’assurer de leur validité.
 J’ai donc réessayé d’obtenir le service des parloirs le mardi 04 novembre en vain ; j’ai donc recontacter l’accueil du centre de détention le mercredi 05 novembre pour leur faire part de mon intention de rendre enfin visite le week end du 08 et 09 novembre , les personnes qui m’ont répondu, m’ont fait savoir qu’il m’était impossible à nouveau ce week end de rendre visite au détenu Youssef puisque toutes les plages horaires du week end étaient complètes et réservées et que je n’avais donc aucunes alternatives pour ce week end ; c’est seulement à ce moment que l’on m’ a fait savoir que les arrivants pouvaient bénéficier du mardi pour les parloirs en me disant donc que la seule visite possible pour le détenu Youssef aurait lieu le mardi 11 Novembre.

Monsieur le Directeur, tout d’abord je tiens à vous faire part des difficultés à entrer en contact avec votre centre de détention et que pour les familles des détenus ces absences d’interlocuteurs sont pénibles et énormément décourageantes d’autant plus que les brèves communications échangées nous fournissent des renseignements qui s’avèrent erronés et surtout variables suivant la personne.

Je souhaiterais aussi vous faire part de mon incompréhension et mon indignation face aux propos tenus par les deux interlocutrices que j’ai eu lors de l’entretien téléphonique du 05 novembre qui m’ont sciemment donner des informations fausses et qui se sont protégées en refusant catégoriquement de me renseigner sur leur identité professionnelle au sein de votre établissement.

Je tiens tout de même à vous assurer de ma bonne foi, de toute la courtoisie et du respect que j’ai engagé dans tous les contacts téléphoniques que j’ai entrepris auprès de votre centre de détention et je suis extrêmement déçue et affectée que ce ne fut pas réciproque ;
 Est ce un crime de vouloir rendre visite à un détenu ? le détenu certes lui est coupable, il en a bien conscience puisqu’ il a décidé de payer pour ses délits en se rendant par lui même aux administrations pénitentiaires et donc par son incarcération paye tous les jours ; mais je trouve inadmissible et déplacé qu’on me fasse payer aussi ; la réaction et le comportement de certains membres de votre personnel vont à l’encontre de leur mission de service public.

Il m’avait semblé pourtant comprendre que la prison changeait, je suis inquiète pour le père de mon fils car ce ne sont que des campagnes d’informations car la réalité me prête à croire et penser qu’il n’en est rien .
Ce courrier est pour moi l’espoir que les problèmes que j’ai pu rencontré soient pris en considération, c’est pourquoi il m’a semblé utile et important de les porter à votre connaissance puisque en tant que directeur du centre de détention vous êtes le seul à pouvoir y remédier.

Dans l’attente d’une suite et d’une réponse de votre part je vous prie d’agréer Monsieur le directeur mes sincères salutations

Sabrina