14136 articles - 12260 brèves

CNT : Un prison, ça rapporte énormément

Mise en ligne : 21 May 2005

Texte de l'article :

UNE PRISON, CA RAPPORTE ENORMEMENT jeudi 19 mai 2005

Bouygues, Eiffage Construction, Sodexho-Alliance (Siges et Idex-Sogerex), Suez-Lyonnaise des eaux (Gepsa)... sont en prison. Pour y faire de l’argent, pas à cause de tout ce qu’on peut leur reprocher.

Le système carcéral offre un excellent exemple de l’interpénétration "public-privé". Le partage des tâches est simple : le "service public" fixe les lois permettant les emprisonnements (parlement), régule les flux d’entrée et de sortie de prisonniers (police, justice) et le "service privé" fait ses choux-gras de l’exploitation du système. Le principe de base de cet accouplement monstrueux, c’est la "délégation de service public", que les contrats dits PPP (Partenariats public-privé, loi du 2 juillet 2003) ont porté à son maximum. Avec les PPP, administrations et entreprises ne font pratiquement qu’un pour l’exécution du service, et deux bien distincts pour ce qui concerne les bénéfices.

La gestion en PPP est pour les entreprises privés une manne. Elles espèrent engranger, sur le modèle américain, d’immenses profits. Grâce à un accroissement progressif -et d’ailleurs programmé- de la population carcérale, le système atteindra certainement une forte rentabilité. Les puissantes entreprises qui se sont lancées dans les PPP feront donc, avec tous les moyens dont elles disposent (les médias qu’elles contrôlent, leur copinage politique, la corruption...) tout ce qu’elles peuvent pour que la "justice" matraque de plus en plus l’habitant de base et le fasse passer par la case prison quand il leur conviendra. Leurs bénéfices en dépendent. Leur cotation à la bourse aussi.

L’histoire de la privatisation des prisons vient de loin, mais c’est en 1987 qu’elle a été relancée par Albin Chalandon (gouvernement de droite) avec la construction de 15 000 nouvelles cellules et l’attribution à une même entreprise de la conception, la construction et la gestion d’un établissement pénitentiaire. Sur les 25 prisons prévues par son programme, 21 ont été construites avec un total de 13 000 cellules.

Suite à la proposition de Pierre Méhaignerie (gouvernement de droite) Elisabeth Guigou (de gauche) décide en 1994 de reconduire la gestion mixte des 21 prisons-Chalandon et de lancer 6 prisons supplémentaires (4 000 cellules de plus). Les bénéficiaires de l’appel d’offre sont alors le groupe Eiffage Construction et le groupe Bouygues. En 2000, un milliards et demi d’euros sont débloqués pour ces constructions. En janvier 2002, l’administration pénitentiaire alloue au groupe Sodexho-Alliance (Siges et Idex-Sogerex) et au groupe Suez-Lyonnaise des eaux (Gepsa) le service de restauration pour 27 prisons.

En 2001, un programme de 35 nouvelles prisons -excusez du peu- est annoncé par Marylise Lebranchu (gouvernement de gauche). En 2002, Perben (gouvernement de droite) rebondit la-dessus. Un nouveau programme de 13 200 cellules est lancé, dont 400 à 600 cellules contre les enfants. Pour aller plus vite, il facilite la tâche des entreprises : elles sont désormais dispensées de la longue procédure prévue dans le Code des marchés publics et elles peuvent obtenir un crédit-bail avec un droit d’occupation temporaire de terrain public. De plus, Perben leur donne la gestion clef en main pour des durées de vingt à trente ans..

L’État est réduit au rôle de locataire (c’est lui qui verse au privé une redevance mensuelle) et de fournisseur (c’est lui qui envoie "gracieusement" les gens en prison, en fonction du besoin des entreprises qui gèrent les taules).

Les entreprises empochent le loyer et les frais de gestion (avec une marge confortable), le "prix de journée" pour l’entretien des prisonniers (sur lequel elles peuvent faire toutes les "économies" possibles), les sur-bénéfices de la "cantine" (tous ce que les prisonniers peuvent acheter -papier hygiénique, enveloppes...- vendu beaucoup plus cher qu’à l’extérieur) et les sur-bénéfices du travail des prisonniers (tenus au rendement et payés des clopinettes). De ce point de vue, la prison constitue l’équivalent d’une délocalisation de la production... les frais de déplacement en moins.

Les prisonniers, jusque-là soumis au seul pouvoir du directeur de prison, ont avec le PPP une double autorité. La première contrôle toujours l’application administrative de la peine, l’autre régit la logistique, le quotidien qui influe à chaque instant sur la vie en détention. Les choses sont encore plus compliquées pour eux.

Et la "Justice" là-dedans ? Il ne peut y avoir de "Justice" quand il n’est question que de profits.

LANNEMEZAN, BAPAUME, ENSISHEIM... Samedi 26 février, pour marquer le début de leur 18ème (et 22ème) année d’emprisonnement, des manifestations ont eu lieu, devant les prisons ou sont enfermées les prisonniers d’AD. Lannemezan (centre ou est détenu Jean-Marc Rouillan) Bapaume (ou est emprisonnée Nathalie Ménigon) et Ensisheim (lieu de détention de Georges Cipriani)), ainsi qu’à Valence, Saint-Etienne. Des rassemblements ont également eu lieu devant les consulats de France de Barcelone (où était présentée la traduction espagnole du roman de JM Rouillan, "Je hais les matins") et les ambassades de France de Madrid et d’Athènes. L’initiative en revient à des individualités, d’horizon très divers, regroupées dans le but de les faire libérer.

En ce qui concerne le rassemblement de Lannemezan, plus de deux cents personnes, venues pour une bonne part de Toulouse auxquelles s’étaient jointes des manifestants de toute la région s’y sont retrouvés. Parti a pieds de la gare, le cortèges a pu parvenir, sous surveillance, jusqu’aux portes de la Centrale où des inscriptions de solidarité ont été tracées. Après une heure et demi de présence, les manifestants ont rebroussé chemin et ont fait leurs "au revoir" aux prisonniers en tirant un véritable un feu d’artifice, ce qui a été bien accueilli de la majorité des personnes enfermées, même si l’administration a saisi le prétexte pour procéder à une fouille à corps, dans la cour, en plein hiver. Ensuite, le cortège s’est dispersé sans incident.

Pour plus de renseignements : _Défense active _80 rue de Ménilmontant _75018 Paris.

CNT-AIT

Contacter des militants anarcho-syndicalistes http://cnt-ait.info est le site du Syndicat Interco Paris-Nord de la CNT-AIT La reproduction et la diffusion de l’Actualité de l’Anarcho-syndicalisme sont encouragées

Pour nous écrire adresser votre courrier à : AIT-JL BP 5 75860 PARIS Cedex 18 Email : contact@cnt-ait.info

CNT-AIT
le 19/05/2005 à 10h37 

Source : Indymedia