14224 articles - 12260 brèves

Risque d’amputation, « disparition » du dossier médical

Mise en ligne : 4 November 2003

Texte de l'article :

Risque d’amputation, « disparition » du dossier médical, falsification de la vérité pour empêcher sa remise en liberté, un témoignage hallucinant du prisonnier politique Alain Solé.

Suite à la visite du député Christian Ménard à la maison d’arrêt, Alain Solé à écrit à la CARB pour rendre compte de cet entretien.
Voici quelques extraits du courier, daté du 14 octobre 2003.

« Vu le peu de temps qu’il pouvait me consacrer, j’en suis arrivé à l’essentiel, mon premier souci sur les derniers arrêts de la Cour. Tout d’abord le 1er rapport d’expertise effectué par le Pr Azorin, Ledry et Gaux, le 1er de l’Hôpital Avicenne et les deux autres de l’Hôpital européen Georges Pompidou, de m’examiner et de rédiger un rapport en ce sens. Ceux ci après avoir consulté les documents médicaux « radio, dopyler, coronographie, artériographie et scintigraphie » ont déduit que mon état de santé était incompatible avec la détention normale et l’incarcération hospitalière jusqu’à complet rétablissement avec séjour dans un établissement de rééducation cardiaque et que avant tout retour normal, il sera procédé à une nouvelle expertise. Le 8 juillet, je comparaissais de nouveau devant la Cour d’Appel, non pas seulement pour demander ma remise en liberté mais pour faire procéder à l’expertise demandée, et que cette cour avait convenu avant tout retour en détention. L’avocat général, lui aussi, avait fait cette démarche à l’audience.
L’arrêt rendu ce jour-là avait fait abstraction de cette expertise en argumentant qu’un médecin avait conclu à la compatibilité avec la détention (on ignore toujours lequel !). Ceci est faux. Cette cour savait que le 8 juillet, j’étais toujours hospitalisé et comme par hasard, c’était le dernier jour de ma rééducation à l’Hôpital Broussais, et que le lendemain, j’étais admis de nouveau à Pompidou pour procéder à l’angioplastie sur l’artère iliaque et 4 jours après, je retournais à l’Hôpital des prisons de Fresnes. Or, avant d’y retourner et comme convenu dans l’arrêt du 10 juin, je ne devais pas être en détention même en milieu carcéral hospitalier avant qu’il ne puisse être procédé à une expertise, qui ne le savons tous, y compris bien sûr les magistrats aurait été entérinée comme la première, c’est à dire l’incompatibilité avec la détention.
Manipulation des magistrats ?...

(...) J’en reviens donc au médecin de la Maison d’Arrêt. Il a précisé que mon dossier médical avait été pillé (mot souligné dans sa lettre par Alain Solé), ceci devant le député et moi-même. Ce qui veut dire que l’on ne peut plus établir la chronologie de ma pathologie du début à ce jour de mon incarcération. Ce qui est le plus grave et criminel, lorsque le médecin urgentiste de l’Hôpital de Fresnes m’a examiné suite à mon artériopathie de l’artère iliaque, il s’est aperçu que j’avais fait un infarctus du diabète, dit silencieux en comparant le résultat d’un électrocardiogramme qui datait de mai 2000 ! Alors que depuis cette date, j’avais effectué de nombreux électrocardiogrammes. Ceux-ci ont disparu du dossier médical mais où ? Soit à Villepinte soit à Fresnes (Maison d’Arrêt). Peut-être que certain(e)s ont voulu « dégraisser » un dossier devenu trop lourd. Hors tous les médecins y compris Christian Ménard savent que chez le diabétique on dit l’infarctus silencieux car on se le sent pas arriver et peut-être létal, d’où la périodicité rapprochée des électrocardiogrammes chez le sujet à risque, ce qui est le cas. De plus, nous avons parlé de récidive d’infarctus chez le sujet diabétique, car ce n’est pas parce que la chirurgie a réparé ces artères que cela ne peut plus se produire. Le diabète étant une maladie incurable, le docteur Grinda qui m’a opéré et a effectué le double pontage coronarien s’est réservé de tout pronostic. Il l’a indiqué dans son rapport post-opératoire. Ce sont les meilleurs chirurgiens de la place de Paris qui se sont occupés de moi, et contactés avant par le chef de service de l’hôpital de Fresnes, celui-là même qui avait rédigé un rapport médical à la demande du juge Thiel suite à mon 1er accident vasculaire. Chrisitan Ménard a aussi demandé au médecin s’il était confectionné des repas de régime approprié à la Maison d’Arrêt de Nanterre. Il n’a pas su répondre. J’ai dit que ces repas ne sont pas adaptés à chaque pathologie et étaient faits à l’identique avec pas plus de 1400 calories. Ca fait maigre. J’ai aussi relaté le refus d’extraction dont m’avait informé le médecin et qu’une plainte avait suivi. J’imagine que le juge d’instruction chargé de cette enquête a déjà débuté l’information car le médecin s’est ravisé en disant qu’il avait appris que je devais être transféré dans les jours suivants et que l’administration pénitentiaire n’avait pas trouvé urgent de m’extraire. Je n’en crois pas un mot car le médecin était affolé de ne pouvoir m’envoyer aux soins d’urgence de l’hôpital de Fresnes craignant une gangrène au pied gauche devenu froid et bleu, sans pouls, avec le risque d’amputation. Aujourd’hui il dit que cela n’était pas urgent et que cela pouvait attendre encore quelques jours. Bizarre, non ?

Le médecin urgentiste de Fresnes m’avait dit que si je n’étais pas venu cette journée, c’était le bloc opératoire. J’ajoute aussi que, cet après midi 4 octobre 2002, la directrice adjointe, le chef de détention et le bricard avaient été alertés par le médecin de cette urgence, alors que je lui répondais que ça pouvait attendre lundi ne voulant pas passer le week-end à l’hôpital - mais me prévenant des risques je m’étais ravisé.
Cette plainte est mal barrée (prescription). Je suppose qu’il y a manipulation du personnel médical. Seulement j’ai encore le rapport du médecin urgentiste de Fresnes. Je verrai cela avec Coutant-Peyre. (...) »

Alain Solé, prizoniad politikel breizhat
D’ar 14 a viz Here 2003.